tous-presses3

Encore une nouvelle inédite de Tous pressés !

Pour ce 3e rendez-vous, nous vous proposons de découvrir deux histoires inédites de Tous pressés, le dernier titre de Bernard Friot !
Voici donc « Journal », avec le Journal de Sami suivi du Journal de Dounia.
Et n’oubliez pas notre dernier rendez-vous le mercredi 5 octobre avant la sortie de Tous pressés.
 
JOURNAL DE SAMI
 
21 février
Ce matin, ma soeur Dounia m’a flanqué une baffe.
Comme ça, sans raison. Pif, paf, aller-retour, je suis resté complètement sonné. Et elle a couru se réfugier dans sa chambre.
Tout à l’heure, je me suis vengé.
Pendant qu’elle tchattait avec une copine, je me suis approché, sans bruit, et j’ai réussi à lui couper la moitié des cheveux.
Quelle tête elle a ! Et quelle tête elle faisait.
 
22 février
La vache ! Pendant que j’étais au judo, elle a forcé la porte de ma chambre et tout dévasté ! Elle a vidé les tiroirs, déchiré mes posters, jeté par terre tous mes vêtements et vidé par-dessus une bouteille de ketchup.
Elle va me le payer !
(Trois heures plus tard.)
Hi hi hi, je viens de lâcher trois souris, quatre araignées et un orvet dans la chambre de ma frangine ! Elle qui a horreur des petites bêtes ! Avec un peu de chance, elle fera une crise cardiaque !
Ça y est ! Elle vient de pousser un hurlement ! Le massacre a commencé ! Cris, appels à l’aide… quelle délicieuse musique.
 
23 février
Alors, là, elle est allée trop loin ! Je vais la massacrer ! Tant pis pour elle, elle l’a bien cherché… Elle a électrocuté mon poisson rouge. Nini, mon petit Nini, qui tournait bien tranquillement dans son bocal en me regardant gentiment. Et le voilà qui flotte, le ventre à l’air, à la surface de l’eau.
Nini, je te le jure, je vais te venger !
(Dix minutes plus tard.)
Ça y est, c’est fait. Je l’ai jetée par la fenêtre. Comme on habite au trente-huitième étage, j’ai pas entendu quand elle s’est fracassée tout en bas. Mais il ne doit pas en rester grand-chose…
 
Zut, sans elle, je vais m’ennuyer.
 
JOUNAL DE DOUNIA
 
21 février
Il me fait trop rire, mon frangin. Il est douillet comme un bébé. Ce matin, pour rire, je lui ai donné une petite tape, gentille, presque une caresse. Et il a failli tomber dans les pommes ! Quelle petite nature.
Et cet après-midi, devinez ce qu’il a fait ? Il a joué avec ma perruque de sorcière. Il veut devenir coiffeur ou quoi ? Comme il est maladroit, il l’a à moitié bousillée, bien sûr. De toute façon, je m’en fiche. Il y a longtemps que je ne me déguise plus en sorcière !
 
22 février
Quel foutoir dans sa chambre. Une vache n’y retrouverait pas ses moutons, comme dit ma grand-mère. On marche sur les vêtements, les livres, les jouets… Et l’odeur, je ne vous dis pas !
En voulant ouvrir la fenêtre, je me suis pris les pieds dans un anorak et j’ai renversé un peu de ketchup (pourquoi j’avais la bouteille de ketchup à la main, ça, c’est vraiment un mystère). Il a poussé des cris de putois ! Je me demande pourquoi… J’ai bien rigolé, en tout cas.
Tout à l’heure aussi, j’ai failli mourir de rire. Ma copine Lucie est venue pour préparer notre exposé sur les plantes carnivores. Tout à coup, elle s’est mise à pousser des cris hystériques en voyant une souris traverser le bureau ! La pauvre petite bête a dû en mourir de trouille.
Au fait, elle venait d’où, cette souris ? Bizarre, bizarre…
 
23 février
Il commence à m’agacer sérieusement, Sami ! Je suis trop gentille avec lui, aussi. Tout à l’heure, j’ai remarqué que son poisson rouge avait une sale mine. Vous savez comment il l’appelle, la bestiole ?
Nini ! Ridicule, non ?
Et moi, bonne poire, j’ai voulu lui donner des vitamines, à son poisson. Mais Nini était déjà trop mal en point, et il a crevé. Sami a piqué une crise et il s’est mis à chialer, oui, pour un poisson rouge !
Il m’a insultée, m’a traitée de monstre, d’assassineuse.
Il a même osé me donner un coup de pied.
Alors, j’avoue, j’ai perdu patience. Je lui ai plongé la tête dans le bocal de Nini et je l’ai noyé. Il faut que je me débarrasse du corps, maintenant.
 
Zut, sans lui, je vais m’ennuyer.